Paul Rostoucher : missionnaire et constructeur au Togo de 1956 à 1973

Charles Roesch qui prépare une histoire de l’évangélisation du Togo avait demandé à Paul de mettre par écrit les principales dates et étapes de sa vie de missionnaire. Voici les précieuses notes que Paul lui avait confiées.

29 septembre 1956
Départ en avion pour Lomé. Je suis nommé au Petit Séminaire de Togoville, qui avait été ouvert en 1955 par Monseigneur Joseph Strebler. Le Supérieur du dit séminaire était le Père Joseph Fischer. Le Supérieur de la mission était le Père Jacques Van Oudheusten, de la Province des Pays Bas. Ce dernier fut par la suite Supérieur et Directeur de l’Ecole Professionnelle de Lomé.

Juin 1957
Le Petit Séminaire déménage pour s’installer à Lomé-Tokoin dans les locaux nouvellement construits par le Père Joseph Furst. J’y fus professeur, économe, aumônier de l’hôpital de Tokoin et chargé de terminer les constructions du Petit Séminaire. Le Père Furst était en congé et devait rejoindre Agbelouvé à son retour.

Durant cette même période, Monseigneur Strebler me chargera de la construction de la Pouponnière Sainte Claire, juste à côté du Petit Séminaire. Cet établissement fut confié aux sœurs Franciscaines de Rodez. Elles travaillaient déjà à l’hôpital de Tokoin.

Au Petit Séminaire, j’eus comme confrère les Pères Joseph Fischer, Félix Lutz, François Kapuscik, Jean-Pierre Sprunck, Bernard Vonderscher et Joseph Dastillung ; les prêtres Fidei Donum Jean-Marie Jacob, du diocèse de Metz, Douce, du diocèse de Verdun, Amonan, du diocèse de Brest ; les prêtres Africains Blewusi, Kpodzro, Koudo, Ameganvi et Missodey.

Janvier 1961
Je suis nommé à Djon-Kotora chez le Père William Kpakoté pour construire le dispensaire et la maison d’habitation des sœurs de Menton. Les sœurs étaient déjà sur place. Elles logeaient et travaillaient dans des conditions assez primitives et vraiment précaires.

Janvier 1962
Je suis nommé à Agbelouvé chez le Père Rimli pour y préparer l’examen de langue Ewe.

1er mai 1962
Je suis nommé Supérieur de la mission d’Atakpamé en remplacement du Père Georges Ehrhard qui partait en congé. J’eus comme vicaire le Père Gérard Scherrer. Je resterai à ce poste jusqu’en 1968 et j’aurai à collaborer avec le Père Robert Simon qui sera rapatrié sanitaire.

Au cours de cette période, le diocèse d’Atakpamé est créé et la ville d’Atakpamé devient siège épiscopal. Le premier évêque, Monseigneur Bernard Oguki-Atakpah, logera d’abord à la Mission, avant d’habiter son palais épiscopal construit au sud de la ville sur la route d’Agbonou.

Octobre 1968
Revenu de congé, je suis nommé à Anié en remplacement du Père Gasser Edmond, dit « Kicker », mort à la suite d’une morsure de serpent [1].

Décembre 1968
Je suis nommé pour Noël à Nuatja (Notse) en remplacement du P. Conrad Walkowiak que l’évêque d’Atakpamé avait remercié et rendu à la Province de Strasbourg. J’eus comme vicaire successivement : l’abbé Mathieu Afan du Clergé diocésain, et André Bouhelier, sma.

Octobre 1971
Je suis rapatrié sanitaire.

Octobre 1972
Je reviens au Togo. Là, il y eut une longue « valse-hésitation » pour ma nomination. Il était d’abord prévu que je fonde la 2e paroisse d’Atakpamé. A mon arrivée sur place, rien n’était arrangé, alors que l’évêque m’avait écrit le contraire. En attendant la fin des pourparlers entre la Province et Monseigneur Atakpah, je résidais à Agadji, où le Père Jean-Paul Felder m’avait accueilli.

Avril 1973
Je rejoins Datcha à l’usine I.T.T. où, avec l’aide du directeur de l’usine je devais fonder la mission-paroisse de Datcha.

Juin 1973
Décès de ma maman. Je reviens en France et demande à servir dans le diocèse de Metz pour prendre soin de mon père âgé. Au mois d’octobre 1973, je suis nommé curé de Grostenquin et de plusieurs villages des environs et, le 1er août 1984, curé de Insming, charge que j’occuperai jusqu’en 2004, date de ma mise à la retraite.

[1] D’autres pensent qu’il s’agit plutôt d’un accès de paludisme non soigné. Ndlr.

Publié le 28 septembre 2011 par Paul Rostoucher