Pèlerinage à Castelnaudary et découverte du Midi Toulousain

Séjour du 22 au 27 septembre 2014

Jean-Paul Fischer, diacre de Réding et membre honoraire des Missions Africaines, a organisé ce beau voyage mêlant tourisme et pèlerinage. L’entreprise Bentz, grâce à son sympathique chauffeur Cédric, a assuré la logistique. Plusieurs Pères et un Frère des Missions Africaines [1] s’étaient joints aux pèlerins pour fêter le bicentenaire de la naissance de Monseigneur Melchior de Marion Brésillac, fondateur de la Société des Missions Africaines, né à Castelnaudary, le 2 décembre 1813.

Lundi, le 22 septembre 2014
Départ très matinal pour un ramassage des participants. Le soleil brille, nous filons sur l’autoroute A 7. Nous la quittons à midi pour prendre notre premier repas en commun au Relais Routier de la Sanne. Nous continuons par l’autoroute du Soleil, la Languedocienne, celle des Deux-Mers, et enfin l’Ariégeoise. A Nailloux, un accueil chaleureux nous attend à l’Hôtel Restaurant Auberge du Pastel. Un apéritif local, un repas gastronomique avec foie gras et confit de canard nous a donné le coup de grâce et la nuit dans cet endroit à la campagne a été réparatrice.

Mardi, le 23 septembre 2014
Après un petit déjeuner buffet nous attaquons notre journée avec notre guide Marion. Durant le trajet, le Père Jean-Marie Guillaume, Supérieur du District sma de Strasbourg, nous raconte la vie de Monseigneur Melchior de Marion Bresillac, fondateur de la Société des Missions Africaines, originaire de Castelnaudary. Il nous propose aussi de confier notre voyage à la protection de la Vierge Marie. A notre arrivée à Castelnaudary, une religieuse nous accueille devant l’imposante collégiale du XIIIe siècle dédiée à Saint Michel. Cet édifice est de style gothique méridional, sa nef a 40 mètres de long et possède des orgues du XIXe siècle. Les Pères concélèbrent une messe en l’honneur de l’anniversaire de la naissance de leur Fondateur et prient aussi pour les défunts et les amis de la SMA, sans nous oublier. Nous nous arrêtons aussi devant la maison natale et au cimetière. La visite de la ville se poursuit par les petites ruelles.
Arrivés à Carcassonne, nous montons à l’assaut de la forteresse pour rejoindre la brasserie du Donjon. La guide nous entraine par les vieilles ruelles, nous entrons dans la Basilique Saints Nazaire et Celse cernée par des remparts. La nef est romane, le chœur gothique, une belle surprise nous attend : des chants russes a capella.
Au retour, nous nous arrêtons dans un chai pour visiter, déguster et acheter du vin Cabardès et Minervois ; de petits toasts accompagnaient la dégustation de ce fameux vin.

Mercredi, le 24 septembre 2014
Par l’autoroute du Pastel nous arrivons à Cordes-du-Ciel. Marine, notre nouvelle guide, nous installe dans le petit train pour monter jusqu’à cette cité médiévale perchée sur un éperon rocheux. De grandes maisons à ogives, des façades sculptées en grès clair attestent de la richesse des seigneurs cathares. De nombreuses échoppes de produits régionaux nous tentent. Depuis une terrasse, notre regard embrasse un superbe paysage, entre brume et soleil automnal. Une petite église gothique fortifiée avec un donjon nous ravit par ses fresques anciennes. A midi, un bon repas de produits locaux frais nous attend au Restaurant Terrasse du Ciel, devant une vue splendide.
Avec Marine et ses intéressantes explications, la distance nous a paru très courte. Dans le Vieil Albi, nous nous arrêtons devant la maison natale de Toulouse Lautrec, peintre du XIXe siècle. Par les ruelles nous arrivons devant la majestueuse cathédrale Sainte Cécile, en briques roses. Ce chef d’œuvre de l’art gothique méridional, avec son jubé finement sculpté nous laisse sans voix. Nous nous recueillons devant la chapelle de Sainte Cécile, jeune martyre sauvagement décapitée. Autour de l’orgue se trouve des peintures du jugement dernier. A l’extérieur, nous découvrons depuis une terrasse les jardins très colorés de l’évêché, la ville et le Tarn sont devant nous : c’est magnifique ! Le soir, un repas gastronomique, très fin, servi à notre hôtel, nous a ôté toute notre fatigue.

Jeudi, le 25 septembre 2014
Dans le car, notre guide Marine nous parle des cultures : blé, maïs, sorgho, pastel, violette. Les surfaces agricoles sont très grandes et l’exploitation quasi industrielle. A Toulouse nous débutons par un tour panoramique de la ville, après une courte traversée à pied par les ruelles. Nous découvrons l’hôtel particulier D’Assezat, un célèbre pastelier, et nous visitons l’église de la Daurade. Nous embarquons ensuite pour une « croisière ville rose » sur la Garonne et le canal de Brienne. C’est la découverte de l’écluse Saint Pierre, le Pont Neuf, l’Hospice de la Grave, le château d’eau, l’île aux Oiseaux, le port de l’embouchure d’où partent les canaux. On aperçoit aussi la maison de Claude Nougaro et l’église Saint Sernin.
L’après midi nous allons visiter à Blagnac le monde passionnant de l’aviation avec la découverte de l’atelier de montage de l’airbus A380. Depuis la salle de télémaintenance on nous présente le programme de la construction de cet énorme avion d’avant-garde. Sur un belvédère, dans l’usine, nous assistons au montage de 4 de ces monstres volants. Les ouvriers semblent des fourmis qui courent tout autour. Les photos sont interdites mais on a pu découvrir un tronçon du fuselage, quel confort pour les voyageurs !
De retour à Toulouse, nous découvrons la façade de l’hôtel de ville et le Capitole. Un petit train nous fait traverser les ruelles de la ville où nous apercevons différentes places et de grands parcs. Nous la quittons en longeant un peu le célèbre canal du midi. De retour à Nailloux, un excellent dîner de fête nous détend ; il est suivi par la projection de diaporamas sur le canal du midi, le pastel et les violettes.

Vendredi, le 26 septembre 2014
Le matin, nous visitons la petite église rupestre de Vals avec son donjon. Par un escalier taillé dans le roc, on arrive à la crypte romane décorée de fresques du XIIe siècle, puis à la chapelle de la Vierge à l’Enfant. Du donjon on découvre un immense panorama.
Nous traversons la campagne ariègeoise et atteignons Mirepoix, bastide médiévale. Sa galerie du XVe siècle surmontée de maisons à colombages, sa célèbre maison des consuls aux 100 têtes en bois sculptées, sa cathédrale Saint Maurice, nous donnent envie de vivre dans cette ville.
A midi, à l’auberge Logis de Mirepoix, un déjeuner médiéval nous est servi par des propriétaire en costume d’époque dans un cadre moyenâgeux. De petites galettes de pains, des « fouées », sont farcies et chaudes. Enfin, le cassoulet tant attendu est lui aussi servi dans ces galettes. Un vrai cassoulet traditionnel du Moyen Âge.
Dans l’après midi, nous entamons un circuit dans les collines de l’Ariège habitées autrefois par les Cathares. Au milieu des ces montagnes, sur un piton rocheux, se dressent les ruines du château de Montségur. Cette citadelle est tristement célèbre par le massacre de 250 Cathares brulés vif en 1244 par les Croisés. Montségur reste le véritable symbole de la résistance des terres du Languedoc.
Sur le chemin de retour, notre guide nous fait la surprise d’un arrêt à Fanjeaux pour découvrir un couvent (fermé) et une superbe église dont les trésors d’une incroyable richesse n’ont pas encore été pris en compte par les Monuments Historiques. Saint Dominique a habité dans ce lieu.

Samedi le 27 septembre 2014
Départ à 8h, dernier coup d’œil sur la Méditerranée. Dernier déjeuner en commun à Orange, derrière le célèbre théâtre. De passage à Lyon, nous avons admiré le Rhône et, de loin, Notre Dame de Fourvière en travaux. Notre chauffeur Cédric nous a offert, bien malgré lui, une visite des ruelles de Dijon, en vue de retrouver le chauffeur remplaçant.
Vers 23h, tout le monde était ravi et heureux de ce voyage. Merci aux organisateurs et aux chauffeurs. Merci aussi au bus qui a attendu Hommarting, donc presque au dépôt, pour griller une durite !

[1] Voici les noms de ces Pères sma : Jean-Marie Guillaume, André Dennefeld, Bernard Bardouillet, Jean Founchot et le Frère Antoine Brungard.

Publié le 29 avril 2015 par Marie-Rose Vataux