Pierre Kunegel, un missionnaire heureux

Au nord de la Côte d’Ivoire, à quelque 30 kms de la ville de Korhogo, se trouve la localité de Kombolokoura, chef-lieu de commune qui porte le même nom. C’est là que, depuis 40 ans, les Missions Africaines ont implanté la Mission Catholique St-André de Kombolokoura. En 2013, cette Mission a été scindée en deux paroisses. Le Père Pierre Kunegel, sma du district de Strasbourg, est le curé de deux paroisses, gardant le même nombre des villages.

JPEG - 115.3 ko
Le Père Piere Kunegel
Photo Gérard Sagnol

Cet Alsacien de 81 ans, missionnaire en Côte d’Ivoire depuis plus de 50 ans, vit à Kombolokoura depuis 15 ans. Ses priorités pastorales s’inspirent du charisme fondateur de la SMA : « Nous sommes une terre de première évangélisation, dit-il. Il y a tout juste 40 ans que le Père Jean Founchot, sma, a fondé la Mission à Kombolokoura. Les priorités demeurent les mêmes : enseigner les gens, leur expliquer comment on peut suivre Jésus dans la vie de tous les jours ».

JPEG - 103.4 ko
Greniers dans la région de Kombolokoura
Photo Gérard Sagnol

Dans l’exercice de sa fonction, le Père Pierre s’entoure de catéchistes. Figures indispensables à la vie des communautés, ils jouent un rôle de premier plan. Souvent désignés comme aides des Pères, auxiliaires des prêtres, ils sont entièrement missionnaires, comme en témoigne Augustin, catéchiste à Kombolokoura : « Je suis catéchiste enseignant la Parole de Dieu aux gens dans les villages. Je m’occupe aussi de la formation des animateurs des communautés, des CEB. »

Dans ce milieu où tout est souvent à inventer, les méthodes pastorales employées par les catéchistes visent à faire comprendre la Parole de Dieu aux fidèles en usant des symboles de la tradition locale. « Pour toucher les habitants de ce milieu paysan, selon Augustin, il faut d’abord leur rendre visite pour ensuite arriver à les rassembler afin de leur apprendre qui est Jésus. On peut commencer par une histoire locale, un conte par exemple. La causerie doit être en rapport avec le thème de la leçon qu’on veut développer. Quand ils ont commencé à comprendre, à bien discuter sur la question, on les oriente vers la Parole de Dieu pour leur apporter la lumière, ce que nous dit sur ce thème la Parole de Dieu. »

JPEG - 59.9 ko
Lecture durant la messe
Photo Gérard Sagnol

Dans leur mission d’évangélisation, les catéchistes sont confrontés à quelques difficultés qu’énumère Augustin : « le déplacement pour aller dans les villages. Nos parents ne sont pas encore prêts à payer le carburant du catéchiste. On est souvent obligé de nous y rendre à nos frais. La 2e difficulté, c’est qu’à certains moments il est impossible de rassembler les villageois retenus dans les champs par leurs travaux. »

La mission de Kombolokoura ne dispose pas de ressources pour prendre en charge ses catéchistes. Augustin, comme c’est le cas pour tous les catéchistes, exerce sa fonction de façon bénévole : « C’est un volontariat pour lequel on ne touche aucun salaire, dit-il. Je possède des anacardiers et quelques manguiers. Je pratique aussi l’élevage. C’est mon moyen de subsistance. »

JPEG - 51.5 ko
Jeux d’enfants à Kombolokoura
Photo Gérard Sagnol

Malgré tout, Augustin est fier d’être catéchiste : « Je suis content d’être serviteur de Dieu. Moi qui suis parmi les « petits » de mon village, je sens que je travaille pour le plus grand de ce monde, Dieu. Travailler pour Dieu, l’Être suprême, est donc pour moi une grande joie. Je suis content d’annoncer à mes frères Jésus Christ Sauveur. Il faut que les gens le connaissent, qu’ils sachent qu’il est venu mourir pour nous. Et je suis fier d’être son disciple, l’un de ses envoyés auprès de mes frères. »

Les autres priorités pastorales du Père Pierre Kunegel sont l’exercice de la charité et le dialogue œcuménique et interreligieux : « J’avais de très bonnes relations avec le chef musulman de Pygnon, témoigne-t-il. C’est lui qui avait insisté pour que je construise la chapelle. Il nous a donné la terre, il a même offert plus que nécessaire : il a tout donné pour les Catholiques. J’ai donc construit une chapelle de 175 places. »

JPEG - 177 ko
Sur le parvis de l’église de Kombolokoura
Photo Pierre Kunegel

Partout où il est passé comme missionnaire, le Père Pierre est resté marqué par le dynamisme de ces jeunes communautés chrétiennes : « Depuis que je suis arrivé en Côte d’Ivoire, j’ai fait différentes Missions. Celles où je suis resté le plus longtemps sont les Missions de Niakaramandougou et de Kombolokoura. Partout s’est offerte à moi une autre réalité. Ce qui me frappe toujours, c’est la foule qui arrive dans certaines Missions, les conversions qui se font dans les villages, les nouveaux qui viennent se faire inscrire pour devenir chrétiens. Tout cela me marque… En tout cas, je ne suis pas malheureux d’être ici. »

JPEG - 158.7 ko
Un chou magnifique au jardin de la mission de Kombolokoura
Photo Pierre Kunegel
Publié le 1er juin 2016 par André N’koy Odimba