§§§ 3ème Dimanche Ordinaire §§§

3ème Dimanche Ordinaire

Première lecture
Lecture du livre de Jonas
A l’appel du prophète, les païens se convertissent. (Jon 3, 1-5.10)

La parole du Seigneur fut adressée de nouveau à Jonas :
« Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle. »
Jonas se leva et partit pour Ninive, selon la parole du Seigneur. Or, Ninive était une ville extraordinairement grande : il fallait trois jours pour la traverser.
Jonas la parcourut une journée à peine en proclamant : « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! »
Aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu. Ils annoncèrent un jeûne, et tous, du plus grand au plus petit, prirent des vêtements de deuil.
En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés.

Psaume
(Ps 24, 4-5ab, 6-7, 8-9)

R/ Fais-nous connaître tes chemins, Seigneur !

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ;
dans ton amour, ne m’oublie pas.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

Deuxième lecture
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
Le monde passe : vivons ce temps pour le Seigneur. (1Co 7, 29-31)

Frères,
je dois vous le dire : le temps est limité. Dès lors, que ceux qui ont une femme soient comme s’ils n’avaient pas de femme, ceux qui pleurent, comme s’ils ne pleuraient pas, ceux qui sont heureux, comme s’ils n’étaient pas heureux, ceux qui font des achats, comme s’ils ne possédaient rien, ceux qui tirent profit de ce monde, comme s’ils n’en profitaient pas. Car ce monde tel que nous le voyons est en train de passer.

Évangile
Jésus invite les hommes à la conversion et appelle ses premiers Apôtres. (Mc 1, 14-20)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Le règne de Dieu est venu jusqu’à vous ; croyez à la Bonne Nouvelle. Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Après l’arrestation de Jean Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu ; il disait :
« Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »

Passant au bord du lac de Galilée, il vit Simon et son frère André en train de jeter leurs filets : c’étaient des pêcheurs.
Jésus leur dit : « Venez derrière moi. Je ferai de vous des pêcheurs d’hommes. »
Aussitôt, laissant là leurs filets, ils le suivirent.

Un peu plus loin, Jésus vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient aussi dans leur barque et préparaient leurs filets.
Jésus les appela aussitôt. Alors, laissant dans la barque leur père avec ses ouvriers, ils partirent derrière lui.

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
§§§§§§§§§§§§

Act 22,3-16 ; 1 Cor 7,29-31 ; Marc 16,15-18.

Nous achevons la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Ceci va très bien avec la fête de la conversion de Saint Paul. Tous les chrétiens enseignent la nécessité de la conversion. Et tous vénèrent Saint Paul. Mais la Bonne Nouvelle, dans le cadre de cette fête, peut être formulée ainsi : chacun de nous reçoit des petits signes, ou un grand signe pour épanouir sa vie.

Voyons cela dans le cas de Saint Paul. Certains tableaux le représentent dégringolant de cheval. Mais aucun récit ne parle de cheval. Paul, qui s’appelait « Saul, à l’époque, marchait à pied, sans doute. Mais il a été ébloui, tout d’un coup, par une grande lumière. Et il a entendu, en même temps, un message : « Je suis Jésus que tu persécute… »

Comment expliquer cet évènement extraordinaire ? Par un autre évènement, surgi quelques jours plus tôt. Le diacre Etienne, après son discours aux chefs Juifs, était écrasé sous les pierres. Pendant son supplice, il s’écria : « Seigneur, ne leur impute pas ce péché ! » Ce témoignage magnifique s’est gravé dans la mémoire de Saul. Il a travaillé son esprit, inconsciemment. Et durant la marche vers Damas, ce souvenir a surgi dans la conscience de Saul, produisant une grande lumière pour ses yeux aussi, tellement cette Vérité était lumineuse ! Cet Etienne plein de miséricorde ne faisait qu’un avec Jésus ! Ces hommes et ces femmes, qui osaient se dire les disciples de Jésus, ils étaient, eux aussi, un avec Jésus, comme Etienne. Jésus les unissaient en lui, en un seul Corps. C’étaient Lui, le Messie promis par les Prophètes !

Chers amis, tout ceci nous éclaire sur chacune de nos vies. Dieu y sème un grand nombre de signes. Certains signes sont plus importants. Ils éclairent le reste de notre vie. Comme pour Saint Paul, la lumière sur la route de Damas. Alors, nous voyons mieux le sens de nouveaux épisodes dans notre vie, tels que la maladie, les infirmités ou la vieillesse. Nous ne voyons plus ces choses seulement comme des malheurs, mais aussi, sur le plan spirituel, comme des appuis précieux. Car ils sont utiles pour atteindre notre but : le repas de fête éternel où Dieu nous a préparé notre place.

Alors, menons une vie nouvelle ! Evitons, le plus possible, de faire souffrir les autres : ce sont des membres du Christ ! Aidons-les, au contraire, à grandir dans leur vocation de fille de Dieu ou de fils de Dieu. Ceci, comme Saint Paul, par notre témoignage, notre patience joyeuse, notre espérance en l’éternité bienheureuse. Car le Seigneur Jésus nous fera partager Son bonheur, puisque nous sommes tous appelés à être membres de Son Corps…

C’est pourquoi nous voulons communier au Sacrifice de Jésus, notre Frère ! Amen . René Soussia SMA

[1] Cf. Mc 1, 15.

Publié le 18 janvier 2015 par René Soussia