§§§ 4ème Dimanche Ordinaire §§§

4ème Dimanche Ordinaire

Première lecture
Lecture du livre du Deutéronome
Moïse annonce le prophète des temps à venir. (Dt 18, 15-20)

Moïse dit au peuple d’Israël : « Au milieu de vous, parmi vos frères, le Seigneur votre Dieu fera se lever un prophète comme moi, et vous l’écouterez. C’est bien ce que vous avez demandé au Seigneur votre Dieu, au mont Horeb, le jour de l’assemblée, quand vous disiez : Je ne veux plus entendre la voix du Seigneur mon Dieu, je ne veux plus voir cette grande flamme, je ne veux pas mourir !
Et le Seigneur me dit alors : Ils ont raison. Je ferai se lever au milieu de leurs frères un prophète comme toi ; je mettrai dans sa bouche mes paroles, et il leur dira tout ce que je lui prescrirai. Si quelqu’un n’écoute pas les paroles que ce prophète prononcera en mon nom, moi-même je lui en demanderai compte. Mais un prophète qui oserait dire en mon nom une parole que je ne lui aurais pas prescrite, ou qui parlerait au nom d’autres dieux, ce prophète-là mourra. »

Psaume
(Ps 94, 1-2, 6-7ab, 7d-8a. 9)

R/ Aujourd’hui, ne fermons pas notre cœur, mais écoutons la voix du Seigneur.

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits. Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit.

Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
où vos pères m’ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit. »

Deuxième lecture
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
La virginité pour le Seigneur. (1Co 7, 32-35)

Frères,
j’aimerais vous voir libres de tout souci. Celui qui n’est pas marié a le souci des affaires du Seigneur, il cherche comment plaire au Seigneur.
Celui qui est marié a le souci des affaires de cette vie, il cherche comment plaire à sa femme, et il se trouve divisé.
La femme sans mari, ou celle qui reste vierge, a le souci des affaires du Seigneur ; elle veut lui consacrer son corps et son esprit. Celle qui est mariée a le souci des affaires de cette vie, elle cherche comment plaire à son mari.
En disant cela, c’est votre intérêt à vous que je cherche ; je ne veux pas vous prendre au piège, mais vous proposer ce qui est bien, pour que vous soyez attachés au Seigneur sans partage.

Évangile
Jésus est le Prophète qui enseigne avec autorité. (Mc 1, 21-28)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Béni soit le Seigneur notre Dieu : sur ceux qui habitent les ténèbres, il a fait resplendir sa lumière. Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc
Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait.
On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes.
Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier :
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu. »
Jésus l’interpella vivement : « Silence !! Sors de cet homme. »
L’esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri.
Saisis de frayeur, tous s’interrogeaient : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité ! Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent. »
Dès lors, sa renommée se répandit dans toute la région de la Galilée.

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie

4eme dimanche

4e DTO B – homélie

Dieu a sa place au milieu de nos vies et même à leur sommet parce que son prophète a été choisi et a surgi du milieu du peuple et que Dieu a dit selon la première lecture : Je mettrai ma parole dans sa bouche .

Il se trouve que ce prophète annoncé s’appelle Jésus de Nazareth.

Et Marc commence son évangile par une simple annonce comme dans un journal d’aujourd’hui : voici heureuse nouvelle de Jésus le Christ (Messie en hébreux) le fils de Dieu.

Et pour faire connaître son « heureuse nouvelle » Jésus se met en marche dans les environs de Capharnaüm jusque dans les périphéries (mot cher à François le pape) païennes (Tyr-Sidon etc… ). Il marche autour du Lac pour appeler ses premiers compagnons et rencontrer les foules qui lui semblent un peu bruyantes. Il préfère un petit groupe appelé disciples qui se serre autour de lui et qui est vraiment attentif à son enseignement.

Et voici que dès le 2e jour de son « apparition » (!) dans la synagogue de Capharnaüm, la ville-pivot vers laquelle il reviendra toujours, le démon d’un homme possédé l’interpelle ! « Mais on te connait nous autres les gens « d’en bas » Tu es le Saint, le saint de Dieu – son prophète ! Et c’est vrai mais ce n’est pas à un démon de proclamer cela alors il le chasse en lui fermant le bec.

Naturellement cette intervention a laissé les gens de la synagogue de Capharnaüm perplexe ! Mais qui est cet homme qui enseigne avec autorité et non pas avec des mots creux comme les scribes, spécialistes de l’Ecriture et qui se fait obéir par ces rebelles que sont les démons, qui veulent être « modernes » et plaire aux gens en bavardant sans cesse.

Il faut encore retenir des textes de ce dimanche deux choses … les choses ont évoluées depuis l’arrivée de ce prophète, issu du peuple même… En effet, nous les baptisés nous sommes les « choisis » issus du peuple de Dieu.

D’abord, nous les baptisés, nous sommes consacrés dans l’Esprit Saint qui est descendu sur Jésus, nous sommes aujourd’hui ce peuple de prêtres, de prophètes et de rois que l’Ecriture a annoncé. Et c’est à nous d’imiter le Christ en parlant avec autorité et sérieux, en luttant avec fermeté et en présentant nos offrandes avec sincérité… afin qu’à partir de notre proximité de vie l’on puisse dire : mais qui sont ils ces gens « possédés » par L’Esprit et qui parlent avec autorité ? C’est difficile, certes, et nous en sommes d’accord.

Mais c’est ici que le Psaume 94 de ce dimanche nous dit : ne fermez pas votre cœur, ne vous repliez pas sur vos acquis sinon vous ne pouvez plus écouter la voix du Seigneur… Or écouter la voix du Seigneur c’est « la vocation » même du prophète que nous sommes devenus par la consécration baptismale.

C’est sans doute une bien longue route que le Seigneur nous demande là ! A nous de marcher comme lui et avec lui.

JP Frey, SMA

[1] Cf. Lc 1, 68.79.

Publié le 6 février 2015 par Jean-Pierre Frey