Quand je visite le cimetière
Article mis en ligne le 2 décembre 2013
dernière modification le 26 juillet 2020

par Gaby Euvrard

Toujours une nostalgie d’enfance
m’attire vers ce cimetière
peuplé de croix de pierre,
dans la même monotonie
que les peupliers
près de nos ruisseaux d’eau claire.

Tombes bien rangées,
livres d’histoire
aux pages secrètes et cachées
aux visiteurs profanes,
livres de mémoires
de moissons moissonnées.

Au cimetière de l'Est de Metz.

Je viens pour regarder,
je viens pour prier,
sans paroles et seul avec Christ
sur sa croix de pierre.
Seul avec mes frères,
je prie leur souvenir
sans gêner leur sommeil d’éternité,
sans profaner leur demeure.
Et je les entends me dire :
« Va chez mes frères et dis-leur le bonheur
qui habite ce sanctuaire de nos mémoires. »

Chers missionnaires,
vos croix de pierre
et les feuilles mortes sur votre terre
sont bien les semences
des espérances que vous avez semées.
Elles fleurissent tous les demains
comme toutes les espérances
jetées au vent de Dieu.

Message au Vent