Rencontre au Zinswald. Missions Africaines : la route à suivre

La discussion des textes officiels de la 20e assemblée générale de la Société des Missions Africaines (SMA) a fait l’objet d’une rencontre des membres religieux et laïcs du district de Strasbourg, jeudi 9 janvier, à la Maison SMA du Zinswald. Ces textes constituent une feuille de route à suivre par chaque membre pour adapter sa manière de vivre et d’agir aux réalités du présent et du terrain, avec des moyens de plus en plus restreints en raison du vieillissement et du repli des ressources humaines, du tarissement des vocations en Occident et de la conjoncture économique morose à l’échelle planétaire.

La quarantaine de membres SMA présents, répartis en quatre groupes de réflexion, ont été invités par le Père supérieur du district Jean-Marie Guillaume à prendre connaissance des textes de l’AG du printemps dernier à Rome publiés dans le bulletin n° 141 de la Société sous l’intitulé « Tirer de nos trésors des choses nouvelles et des choses anciennes » et à les discuter chapitre par chapitre.
A partir du constat d’un certain nombre de carences et de défis à relever, ces textes officiels sont le résultat de quatre semaines de réflexion. Ils définissent des priorités et des plans d’action dans les principaux domaines qui font la vie de l’institut : la mission (à laquelle un temps très important a été consacré, car « c’est ce pour quoi nous existons », a insisté le Père Guillaume), la spiritualité et le style de vie, la formation et l’administration.
Propager la Bonne Nouvelle avec la première évangélisation, œuvrer pour la justice, la paix et l’intégrité de la Création, aller vers « les plus abandonnés », selon l’expression du Père fondateur des Missions africaines Melchior de Marion Brésillac : tels sont le sens et la finalité du service missionnaire. Cet « esprit SMA » spécifique est-il perceptible dans les attitudes de vie et d’action des membres sur leur lieu de travail en milieu urbain ou rural ou en communautés ? Non seulement le respect des normes éthiques de base tant sur le plan de la moralité que sur celui de la gestion, mais encore une planification des priorités et des activités est plus que jamais nécessaire pour assurer la stabilité et la pérennité de la mission, et par conséquent le charisme de la SMA. En ces temps de brassage des cultures et des religions, le dialogue et, plus généralement, la maîtrise et l’utilisation des technologies modernes de communication deviennent des éléments indispensables de la mission.

Manifestations pour le bicentenaire de la naissance du fondateur
Concernant la spiritualité et le style de vie des membres, ceux-ci sont appelés à poursuivre la réflexion sur une commune spiritualité missionnaire SMA, fondée sur les écrits et les valeurs spirituelles héritées du fondateur, abandonner leur ego pour faciliter une plus grande communion et solidarité au sein de la SMA, s’ouvrir aux richesses qu’apporte l’internationalité de la Société, continuer à bâtir des communautés en favorisant la disponibilité et le travail en équipe.
Chaque entité et région sma devra planifier pour 2014 diverses activités pour marquer le bicentenaire de la naissance du fondateur. Le district de Strasbourg a déjà fixé trois manifestations aux dimanches 4 mai avec la communauté tamoule d’Alsace à l’église St-Antoine de Strasbourg-Koenigshoffen, 18 mai à Scherwiller et 26 octobre à Rittershoffen, et d’autres initiatives sont envisagées à Haguenau et dans la communauté de paroisses « Terre de mission » voisine. Sans oublier le voyage-pèlerinage à Castelnaudary, berceau du fondateur, programmé pour fin septembre.
L’importance de la formation missionnaire est soulignée par la reconstitution d’un comité de formation et le souci de la direction générale à Rome de veiller à l’application intégrale de la charte de formation et de s’assurer d’un nombre suffisant de formateurs qualifiés prêts à travailler en équipe. L’accent est également mis sur la formation permanente et le renforcement du dialogue et de la collaboration entre les Supérieurs d’entités et les formateurs.

Solidarité, transparence, autosuffisance
En raison de l’internationalisation grandissante actuelle de la SMA, le volet administratif confère un rôle accru au Supérieur général et à son conseil pour une coordination adaptée des nominations et des projets missionnaires des différentes entités. Afin de pérenniser la présence et le charisme SMA en Europe et en Amérique du Nord, il est nécessaire d’avoir dans ces pays des modes de présence gardant vivants les liens avec l’Église locale, des activités missionnaires et un réseau de bienfaiteurs. D’autres priorités sont l’accueil de membres des districts-en-formation dans les provinces et districts SMA occidentaux pour des projets de formation et d’activité apostolique, ainsi que la promotion de la place des laïcs dans des rôles de responsabilité. Enfin, en Afrique, l’administration doit être simplifiée et les liens entre Régions et districts-en-formation redéfinis et clarifiés.
Quant au volet financier, les textes de l’AG insistent sur le fait que toute entité et tout membre SMA suivent les principes éthiques les plus élevés en soulignant trois aspects essentiels : la solidarité (notamment en contribuant à assurer aux membres âgés une retraite décente), la transparence et la capacité de rendre compte de l’argent reçu et dépensé, et l’autosuffisance.
Dans les rapports des groupes de réflexion en fin de séance, les participants ont dans l’ensemble salué dans ces textes officiels de la 20e AG de Rome certaines nouveautés qui concernent essentiellement une meilleure utilisation et répartition – plus juste et plus équilibrée – de ressources humaines et financières en constante diminution pour soutenir avant tout les districts-en-formation, une mission recentrée sur les valeurs spirituelles données en exemple par le fondateur, une coordination plus efficace des moyens et du travail entre entités, régions et districts-en-formation, et une solidarité renforcée entre tous les membres et toutes les communautés non seulement dans la poursuite des œuvres missionnaires, mais encore envers les membres âgés qui ont droit à une retraite décente.

En clôture de rencontre, le Père Lucien Derr, responsable-économe de la Maison du Zinswald et sa valeureuse équipe en cuisine avaient dressé une riche et succulente table pour leurs convives.

Publié le 16 avril 2014 par Etienne Weibel