Saint-Pierre : double célébration

Le jour de la fête patronale de l’Immaculée Conception, lundi 8 décembre 2014, une double célébration a rassemblé dans la chapelle de la Maison de Saint-Pierre membres religieux et laïcs du district sma de Strasbourg, ainsi que des fidèles du village amis des Missions Africaines. En même temps qu’ils honoraient la sainte patronne de l’institution missionnaire, ils devaient clore l’année du bicentenaire de la naissance du fondateur de la SMA, Melchior de Marion Brésillac.

Et pourtant, la série des célébrations et animations qui devaient marquer cette année jubilaire, depuis son ouverture officielle le 2 décembre 2013 jusqu’à sa clôture ce 8 décembre 2014, n’est pas entièrement achevée. En effet, après les manifestations du 4 mai dernier à St-Antoine de Strasbourg-Cronenbourg par la communauté tamoule d’Alsace, du 18 mai à Scherwiller, berceau de pas moins de neuf religieux sma, et du 26 octobre à Rittershoffen (la communauté de paroisses du Hattgau a donné quatre Pères aux Missions Africaines). Sans oublier le voyage-pèlerinage de fin septembre à Castelnaudary sur les pas du fondateur de la SMA. Une dernière animation est prévue le deuxième week-end de janvier 2015 à Haguenau, avec conférence sur la vie et l’œuvre de Brésillac le jeudi soir 8 janvier au collège des Missions Africaines ainsi que messe solennelle le dimanche 11 en l’église St-Georges.

En l’absence du Père supérieur du district Jean-Marie Guillaume, en visite dans des missions et maisons de formation sma en Afrique, la célébration eucharistique du 8 décembre a été présidée par le Père Georges Klein, vice-supérieur du district et responsable de la communauté locale des pères, entouré par une trentaine de confrères. Dans son homélie, il a tout naturellement fait le lien entre la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie - qui s’est soumise à la volonté de Dieu en répondant à l’annonce de l’ange : Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon sa Parole ! - et l’appel du Maître auquel ont répondu et répondent encore ses fidèles serviteurs, envoyés en mission tels les vendangeurs dans sa Vigne. La célébration a été animée par le Père Claude Rémond et Frère Matthieu à l’harmonium, qui ont entraîné l’assemblée dans des chants de circonstance.

Ont suivi un apéritif et un excellent repas concocté et servi avec soin et diligence par l’équipe de cuisine de la maison de retraite dans la salle à manger de l’établissement. Cette journée d’actions de grâces, à la fois pour les dons et la protection accordés par la sainte patronne de la SMA et pour l’exemplarité de la vie, de la foi et du service missionnaire du fondateur de l’institution apostolique, s’est déroulée dans un bel esprit de partage et de fraternité.

Sur le sentier des crèches
Comme Saint-Pierre se trouve sur le Sentier des crèches d’Alsace, membres et amis de la SMA ont profité de cette journée de célébration pour (re)découvrir la grande diversité et souvent la surprenante originalité des crèches de différentes terres de mission, mais aussi d’autres pays, exposées au fond de la chapelle des Missions.
Il s’agit de deux douzaines de créations, récentes ou plus anciennes, dont les personnages ont été sculptés, modelés, moulés ou peints dans des matières aussi variées et nobles que les bois exotiques (dont bien évidemment l’ébène), l’ivoire (les personnages d’une crèche de Côte d’Ivoire ont même été sculptés dans des dents de phacochère !), le cuivre, la terre cuite, la cire, la toile etc.

Le visiteur aura été séduit, entre autres, par de très belles réalisations provenant d’Afrique et notamment de la Côte d’Ivoire : crèche stylisée en volumes géométriques de Katiola, en terre cuite et peinte ; Marie et l’Enfant Jésus en bois exotique d’un sculpteur sénoufo, de 1976 ; une magnifique crèche en ébène. Du Togo, on remarquait deux crèches kabyaises, l’une en bois exotique de 1990, l’autre en terre cuite de 1960 ; une autre en toile et ébène de la léproserie de Kolowaré ; une crèche ancienne en bois de 1930, de la famille Gester de Weitbruch). Le Bénin était représenté par un Noël en bois exotique, par une crèche en bois et ivoire et un Enfant Jésus en cuivre. On mentionnera encore, du Burkina-Faso, un très bel ensemble en cuivre ; du Nigeria, une Adoration des mages peinte par le Père sma O’Mahoney) ; et de Tanzanie, une Maternité en bois exotique. Des créations tout aussi remarquables proviennent d’autres contrées, comme Madagascar (bois exotique), la Bolivie (terre cuite), le Pérou (mini-crèche en terre cuite), l’Italie (crèche musicale)… sans oublier l’Alsace avec une crèche en terre cuite vernie de la poterie Elchinger de Soufflenheim !

Une exposition qui valait assurément une halte sur le Sentier des crèches d’Alsace, sur lequel on pouvait cheminer durant tout le temps de l’Avent, de Noël et du Nouvel An.

Publié le 6 mai 2015 par Etienne Weibel