Si ton père a cultivé les aubergines…

…toi aussi tu roules les graines. Ce que l’on peut traduire par : Tel père, tel fils. Sagesse et bon sens en pays bassar, au Togo, s’enseignent au travers de savoureux proverbes. Petit florilège [1].

JPEG - 98.2 ko
Peinture sur toile de Korhogo.
Collection de l’Espace Africain, Haguenau
Photo Marc Heilig

Attends l’arrivée de l’étranger avant de lui préparer le lit.

Si ton ennemi a tué un éléphant, tu diras que c’est une souris.

C’est l’homme patient qui arrive à faire cuire les cailloux.

On ne sème pas le mil devant la perdrix.

Si tu es riche et que tu n’es pas généreux, tu montres que tu n’as rien.

Si tu as des enfants et que tu n’as pas d’argent, tu es quand même riche.

Si tu suis le pêcheur, tu boiras sûrement de l’eau très fraîche.

On n’ouvre pas le ventre du loup devant les enfants.

Si tu as perdu ton cheval, tu le cherches même dans le poulailler.

Il faut tuer le loup avant de faire des cordes de sa peau.

Si tu n’as pas traversé la rivière, n’insulte pas le caïman.

L’arbre qui est droit ne doit pas se moquer de celui qui est penché.

Si tu vois trop, tu deviendras aveugle.

Dans les ténèbres, on est invisible aussi longtemps qu’on ne parle pas.

Aujourd’hui doux, demain amer.

Celui qui réclame trop son dû rappelle les dettes de son aïeul.

S’efforcer, c’est pouvoir.

La pierre dit qu’elle est dure mais le marteau la casse.

C’est à petites gorgées que la poule boit l’eau.

Le pêcheur sent toujours le poisson.

Tous les aigles volent vers le ciel, tous ne l’atteignent pas.

Le chien dit que les dents avec lesquelles il joue sont celles avec lesquelles il mord.

Chapeau déchiré vaut mieux que la tête chauve.

Si une épine entre dans le pied du fort, c’est dans celui du faible qu’on fouille.

Quand on te loue, cela ne signifie pas que tu es roi.

C’est à cause d’un seul serpent qu’on tue tous les autres.

Si la chèvre est détachée, elle est détachée.

Celui qui s’est brûlé une fois n’approche plus du feu.

[1] Alphonse KUNTZ, 600 proverbes, dictons et expressions bassar, 1977.

Publié le 16 mars 2015 par Alphonse Kuntz