Silvano Galli, cœur à cœur avec contes et conteurs

Prêtre italien de la Société des Missions Africaines, le Père Silvano Galli a, pendant des années, exercé son ministère en Côte d’Ivoire. D’expérience, il sait combien la connaissance des langues locales permet de communiquer avec les populations et de s’initier à leur culture qui, en Afrique, s’exprime notamment dans les contes.

JPEG - 155.3 ko
Séance de conteurs à Kolowaré.
Photo Silvano Galli

C’est pourquoi, à peine arrivé à Kolowaré, près de Sokodé au Togo, en janvier 2005, il s’est tout de suite mis à apprendre le kotokoli (tem), et à recueillir les contes de la bouche même des conteurs de Kolowaré et des environs. Pour son plaisir, mais aussi pour les conserver et les diffuser en les traduisant et en les éditant en italien et en français. Depuis 2006, chaque année apporte sa moisson de nouveaux contes : La Fille à la main coupée, Quand les souliers parlaient aux hommes, Le Puits du savoir, Le Don du devin. En tout, un ensemble de plus de cent histoires moins naïves qu’il n’y paraît [1].

JPEG - 195.2 ko
Séance de conteurs à Kolowaré.
Photo Silvano Galli

Car ces récits racontent la vie réelle, telle que les populations kotokoli la pratiquent, la comprennent et l’expliquent… ou font semblant de l’expliquer. Sans se prendre au sérieux, avec humour et fantaisie, en laissant tout pouvoir à l’imagination. Voici que, au-delà des scènes et des dialogues, on voit la vie quotidienne au village, les travaux des champs, les tâches ménagères, la chasse, la pêche, le marché, les danses, les saisons des pluies et les temps de sécheresse, les périodes d’abondance et les longs mois de famine…

JPEG - 147.5 ko
Séance de conteurs à Kolowaré.
Photo Silvano Galli

Et voici que de conte en conte, ce sont tous les animaux de la brousse et de la basse-cour qui sont convoqués. Avec des comportements étrangement humains. Pas plus que les hommes ils ne se font de cadeaux ! Comme les hommes, ils sont capables de malice et de rouerie, de méchanceté et de violence, mais aussi d’entraide et de générosité…
Au fil des récits sont évoqués les problèmes et les questions de toujours : les origines du monde et la destinée de chacun, la mort, la sexualité et les relations entre les hommes et les femmes, la jalousie, les conflits de générations, le pouvoir, les injustices, la richesse et la pauvreté… Pour le conte, tout a sa raison d’être, tout a un sens, tout a une explication. Pour le découvrir, il suffit d’observer et de laisser fonctionner son imagination. Alors, grâce à l’art du conteur, tout s’éclaire. Avec parfois en prime, un sourire amusé ou une pirouette verbale.

Merci au Père Silvano Galli d’entrouvrir pour nous une grande fenêtre sur cet univers poétique des contes où se dit l’âme kotokoli.

JPEG - 125.5 ko
Séance de conteurs à Kolowaré.
Photo Silvano Galli

[1] Le Père Galli a aussi consacré aux contes africains un site sur Internet. On y trouve des contes tem de Kolowaré et des contes anyi-bona de la Sous-Préfecture de Koun Fao, en Côte d’Ivoire.
Cf : Kolowaré
Contes kotokoli
Contes anyi

Publié le 16 mars 2015 par Bernard Jouanno