SMA Bénin-Niger

Missions depuis plus de 155 ans

Poussé par l’Esprit Saint et répondant à un appel missionnaire, Melchior de Marion Brésillac fonda la Société des Missions Africaines en 1856. Très tôt, sous l’impulsion du Père Augustin Planque, elle s’implante en Afrique : dès 1861, nos premiers missionnaires débarquent au Dahomey. L’Évangile est annoncé, la Bonne Nouvelle se répand sur la Côte Ouest de l’Afrique. En 1931, puis en 1976, les missionnaires de la Société sont au Niger. Depuis lors, deux pays fonctionnent comme une seule et même Région : la Région Bénin-Niger. Les missionnaires de la Société ont été les Pères fondateurs de l’Église du Dahomey, devenu le Bénin ; au Niger, ils ont participé à établir l’Église et continuent à le faire.

JPEG - 67.7 ko
Le monument de la Porte du Salut à Ouidah (Bénin).
Photo Gérard Sagnol

Le Bénin compte aujourd’hui 21 prêtres, 7 diacres et 7 laïcs missionnaires. Dans la Région Bénin-Niger, nous avons 37 prêtres missionnaires : 7 Espagnols, 7 Indiens, 6 Béninois, 5 Français, 5 Italiens, 5 Nigérians, 2 Ivoiriens. La Région Bénin-Niger compte 14 Missions, dont 10 au Bénin (Zogbadjè, Tankossi, Bougou, Bori, Banikani, Kalalé, Bouka, Nikki, Pèrèrè, Goumori) et 4 au Niger (Doutchi, Kankani, Makalondi, Boemanga. Si nos confrères missionnaires d’Europe ont fondé nos Églises, ils passent aujourd’hui progressivement le flambeau aux missionnaires indiens et africains.

La Région abrite aussi deux Maisons de Formation : le Séminaire de l’Année Spirituelle Internationale – le Centre Brésillac de Calavi - et le Séminaire Propédeutique de Tankossi dans le Diocèse de Dassa-Zoumè.

Depuis le Conseil Plénier 2016, la SMA au Bénin-Niger est devenu un District-en-Formation. Cela ouvre l’entité à de nouvelles perspectives et défis. Le changement important est celui-ci : la nouvelle entité devra désormais s’occuper et des confrères présents au Bénin-Niger et des confrères originaires du Bénin-Niger.

La force de la SMA Bénin-Niger

Notre force est en Dieu, qui est l’Acteur principal de Sa mission. Mais nous sommes heureux parce qu’Il nous associe. Quant à nous, grâce à la force qu’Il nous donne, nous pouvons envisager des actions concrètes à partir de ce que nous sommes, de ce que nous avons et de ce que nous recevons de Lui.

JPEG - 113.4 ko
L’église de Nikki (Bénin).
Photo Désiré Salako

D’abord, nous avons un personnel jeune soutenu par les Anciens ; il y a une bonne collaboration entre nos missionnaires. Ensuite, Dieu nous donne la grâce de voir avancer son Royaume à travers des individus et des communautés qui se convertissent à la foi de Jésus-Christ dans l’Église catholique. Il s’agit d’une dynamique qui nous motive et nous pousse à nous investir dans la mission. Enfin, nous avons le soutien de l’Église universelle à travers son assistance - associations caritives et générosité des individus et familles qui soutiennent nos missions. Nous sommes reconnaissants à la proximité et la collaboration avec les Provinces et Districts d’Europe et d’Amérique. Toutes ces sollicitudes mises ensemble constituent notre force et nous encouragent à continuer l’œuvre à nous confiée par Jésus-Christ et héritée de nos Anciens.

Nos nouvelles orientations

Mission et priorités : où renforcer notre présence ? Dans l’Église du Niger et celle du Bénin, prioritairement dans le diocèse de N’Dali : Péréré, Bouka, Kalalé et Nikki. Au Bénin-Niger, nous sommes dans une zone de Première Évangélisation. Le District-en-Formation Bénin-Niger s’engage à intensifier la présence de la SMA dans le monde musulman et peulh au Niger pour varier sa présence et sa mission dans ce pays. Au Bénin, la SMA accordera une attention particulière à la mission en milieu Gando et Boo du pays.

JPEG - 136.8 ko
Lors de la visite du Supérieur Général SMA au Niger.
Photo Désiré Salako

La Société des Missions Africaines est active dans les Commissions Justice et Paix, Écologie et Intégrité de la Création, Lutte et Prévention de l’Immigration Illégale, etc.

Si la SMA Bénin-Niger s’investit dans la lutte et prévention à la migration illégale, c’est parce qu’elle a trouvé en ces candidats à l’immigration une nouvelle figure des plus abandonnés dont nous avons le devoir de prendre soin. Le Niger est devenu une « plaque tournante » pour le transit des migrants et le « point de chute » des déçus de l’immigration. Le Père Mauro Armanino travaille dans ce secteur au Niger. Par ailleurs, la SMA Bénin-Niger s’engage à collaborer avec la CADEV [1] dans le cadre de JPIC [2] pour la lutte contre la faim.

Le District se donne aussi comme priorité la formation des laïcs, qui s’occupent des mouvements et associations dans les missions, et des catéchistes.

Les défis toujours actuels que nous rappelle saint Jean Paul II

Le pape Jean Paul II nous disait : « Votre œuvre missionnaire est loin d’être achevée ! Soyez des serviteurs tout nouveaux de l’Évangile, des signes transparents de communion et de partage entre les Églises, des apôtres constamment et humblement attentifs aux valeurs culturelles des peuples, aux richesses des autres Églises, des autres religions, tout en demeurant loyalement fidèles à votre identité, et clairement responsables du témoignage total rendu à l’Évangile du Seigneur Jésus. Allez de l’avant ! L’Afrique a grand besoin de vous ! [3] » Ce message du Pape, nous le méditons cette année et nous le rendons actuel dans notre engagement missionnaire.

JPEG - 80.1 ko
La paroisse du Sacré Cœur, près de la Maison du District du Bénin-Niger à Cotonou (Bénin).
Photo Gérard Sagnol

Finances et autonomie

Notre nouveau statut de District-en-Formation nous oblige à marcher vers l’autonomie, qui est devenue une responsabilité à assumer. Elle l’est au niveau du personnel, des finances, etc. Pour ce faire, nous travaillons à :
- créer des groupes d’amis du District-en-formation du Bénin-Niger en plus des familles d’accueil, des Amicales etc. ;
- nommer un responsable de la promotion de la recherche de fonds pour la région Bénin-Niger et un responsable pour l’animation vocationnelle ;
- développer la collection et la vente d’objets culturels et artistiques (statuettes, pagnes, livres missionnaires, etc.) ;
- investir dans les projets rentables : construction d’appartements à mettre en location, par exemple.
- rechercher une autonomie financière au niveau de nos missions à travers la promotion et le développement du jardinage, de l’élevage, etc. à l’instar de l’expérience commencée dans la Mission de Kalalé.

[1] Caritas-Développement Niger.

[2] JPIC : Justice, Paix et Intégrité de la Création.

[3] Message de Jean Paul II aux membres de la Société des Missions Africaines. Assemblée Générale 1983.

Publié le 3 juillet 2017 par Désiré Salako