Sur les pas des missionnaires : l’Amicale SMA en Côte d’Ivoire

L’Amicale SMA
L’association des Amis des Missions Africaines est un groupe de fidèles chrétiens catholiques rassemblés pour participer à la mission des Pères SMA, tel que le définit M. Alain Koutouan, responsable de la cellule d’Abobodoumé : « Nous, en tant qu’Amicale résidant en Côte d’Ivoire, nous sommes juste là pour apporter notre pierre à l’édifice. En effet, depuis l’évangélisation de la Côte d’Ivoire en 1895, nous désirons perpétuer l’œuvre fondée par nos Pères SMA, suivre les traces de nos anciens, nos aînés ». Pour Reine Koutouan, de la paroisse St-Michel d’Adjamé, « l’Amicale est un groupe de laïcs, de fidèles chrétiens engagés dans la paroisse pour soutenir la mission. Nous sommes regroupés en famille pour assister les prêtres et les séminaristes, pour les appuyer dans leur fonction moralement. »

JPEG - 63.8 ko
Photo Gérard Sagnol

En Côte d’Ivoire, l’Amicale SMA est implantée dans les paroisses tenues par les Pères SMA : dans le diocèse de San Pedro, à N-D de Fatima de Séwéké, à St-Louis de Tabou et au Christ Roi de Doba ; dans l’archidiocèse de Korhogo, à St-Louis de Téguéré et à St-André de Kombolokoura. A Abidjan, l’Amicale existe à St Michel d’Adjamé et une cellule est implantée à Abobodoumé, dans le diocèse de Yopougon, à la Maison régionale SMA.

L’action de l’Amicale
Les objectifs de l’Amicale sont variés. Il s’agit d’abord de cultiver l’amitié et la fraternité entre les membres et les Pères. Ceux-ci se retrouvent régulièrement pour partager un verre de l’amitié ou des moments de prière. « Ce qui m’a attirée à la SMA, témoigne Angeline Agnero d’Abobodoumé, c’est la solidarité entre les Pères et les laïcs. Quand quelque chose arrive, lorsqu’un problème se pose, les laïcs sont réellement dévoués. Je prends pour exemple l’accident qui s’est produit la semaine dernière [1]. Les laïcs étaient véritablement à l’œuvre : ils se sont rendus à l’hôpital dès 5h du matin et ils ont pris soin des accidentés. D’autre part, depuis l’arrivée du Père Charles à la Maison régionale, les femmes sont aux petits soins pour lui, à sa disposition pour faire la cuisine et rendre d’autres menus services. Je suis vraiment touchée car c’est un vrai témoignage. Cela prouve que les Amis SMA ont compris l’évangile et savent le mettre en pratique. »

JPEG - 84.1 ko
Photo Gérard Sagnol

Pour Jean-Marie Danho, « l’Amicale intervient entre les membres que nous formons, que ce soit lorsque survient un problème, un deuil par exemple, ou pour fêter un événement joyeux. C’est à mon avis très positif et je souhaite que cet esprit de solidarité, bien réel, persévère pour que l’Amicale se perpétue. » Pour Irma Yeo Tenena, « le rôle de l’Amicale, c’est de cultiver la fraternité entre nous et d’assister les séminaristes qui viennent de différents pays, un peu comme si nous étions pour eux des parents à l’étranger ».

L’Amicale SMA participe aussi à l’effort de prise en charge matérielle, spirituelle et financière des Missions, en accordant son aide aux secteurs d’activité qui en ont le plus besoin. L’urgence concerne « d’abord les Maisons de formation », estime le Père Odilon Mawuli Amenyanglo, aumônier de l’Amicale et chargé de l’animation missionnaire et vocationnelle en Côte d’Ivoire. « Nous serions heureux de trouver des volontaires, des bienfaiteurs qui nous soutiennent par l’achat de bréviaires pour nos séminaristes. Cela serait une bonne contribution pour la formation de ces jeunes », poursuit-il.

JPEG - 95.2 ko
Photo Gérard Sagnol

Le Père Odilon a lancé, depuis l’année 2014, des programmes de fidélisation qui permettent aux Amis de la SMA et à tout fidèle chrétien qui le désire de participer, moyennant une contribution financière, aux efforts d’autofinancement des missions. « Pour la rentrée pastorale 2015-2016, explique-t-il, j’ai fait confectionner des autocollants avec le logo de la SMA et le thème de l’année de la miséricorde : « Tous comme témoins de la miséricorde de Dieu ». J’en ai vendu quelques uns ici et pendant mes tournées (…) dans les paroisses. C’est une manière de soutenir la mission de la Société des Missions Africaines. Il existe aussi un programme de « Joyeux anniversaire » des Pères SMA auquel les gens s’abonnent. Ainsi, le jour de leur anniversaire, que ce soit de naissance ou de mariage, on les appelle pour le leur souhaiter et on célèbre une messe à leur intention. Ces derniers font alors un don particulier. Et je vous assure qu’ici, à St-Michel, avec la collaboration du curé, ça marche très bien. C’est pourquoi j’aimerais inviter les confrères SMA des différentes paroisses de Côte d’Ivoire à collaborer pour que ce programme-là avance. »

Les membres de l’Amicale participent également aux initiatives de solidarité envers les plus démunis, les plus abandonnés, cibles privilégiées de la mission sma. « Quand les Pères sont venus nous parler d’Ebola, témoigne Aimée Apiah d’Abobodoumé, nous nous sommes mobilisés. Voyant que cela se propageait dans le monde entier, nous avons prié pour que soit trouvé le vaccin. Nous avons réuni quelques habits pour les orphelins du Liberia. Aujourd’hui, nous en sommes fiers parce que nous entendons sur les radios qu’Ebola est en voie d’éradication. »

La relève des jeunes
A la paroisse St Michel d’Adjamé à Abidjan, il existe une cellule des jeunes Amis SMA qui participent eux aussi au fonds de soutien à la mission de la SMA. Comme pour les adultes, l’évangélisation passe par l’engagement, ainsi qu’en témoigne Pierre-Claver N’samin, chargé de la communication : « nous sommes un groupe de jeunes qui avons décidé de profiter de la formation missionnaire des Pères de la Société des Missions Africaines pour, plus tard, aider à la mission en étant un Ami de la SMA ou, pour ceux qui le désirent, devenir prêtres missionnaires ou religieuses. Pour l’instant, notre rôle est d’aider les Pères des Missions Africaines lorsqu’il y a des activités organisées par la SMA, d’apporter notre touche à l’organisation… »

JPEG - 114.6 ko
Photo Gérard Sagnol

La mission de l’évangélisation se poursuit en Côte d’Ivoire au gré des vagues de Bassam où débarquèrent, il y a 120 ans, les Pères Alexandre Hamard et Émile Bonhomme. Avec tant d’autres, ils ont tracé les sillons de ce qui constitue aujourd’hui la joie des fidèles chrétiens. La moisson est abondante, les ouvriers sont peu nombreux. Mais les chrétiens de Côte d’Ivoire prient pour leurs missionnaires. Car pour eux, comme en témoigne Anne Atchori d’Abobodoumé, « ceux qui nous ont apporté la Bonne Nouvelle ont fait en sorte que nos enfants, nos frères, prennent la relève. Et vraiment, je me réjouis parce qu’ils suivent les traces des anciens missionnaires ». « Nous savons que Jésus est à l’œuvre en Afrique, renchérit Aimée Apiah. Nous voulons toujours soutenir nos Pères SMA du monde entier et souhaitons communiquer ce désir à tous les autres. C’est en effet la SMA qui nous a fait connaître le Christ en Afrique de l’Ouest, et nous l’en remercions. Que Dieu soutienne ces prêtres. Qu’il les bénisse en abondance. »

[1] L’accident, sur l’autoroute du nord, du Père Charles Nasser Koudje et de sa maman.

Publié le 1er juin 2016 par André N’koy Odimba