Témoignage de la famille Lawson

Une famille unie

Notre famille Lawson, dont est issu le Père Didier sma, est originaire du Togo. Si nous voulons porter un regard sur cette famille, nous devons en premier lieu remercier Dieu qui nous a donné cette grâce d’être une famille unie. Papa Raymond Lawson et Maman Albertine Lawson, née Agbodjan d’une famille de guérisseurs traditionnels, se sont mariés à l’église catholique de la paroisse des Saints Martyrs de l’Ouganda de Tokoin, à Lomé. Ils étaient de fervents chrétiens, vivants dans la crainte de Dieu et l’amour du prochain, et c’est dans cette vie de communion spirituelle qu’ils ont élevé leurs cinq enfants (quatre garçons et une fille). Outre papa et maman, deux d’entre nous ont déjà regagné la maison du Père, l’aîné Christian et le benjamin Brice, respectivement en 1996 et en 2004. Il reste actuellement deux garçons et une fille : Aristide, Didier Chantal.

L’autre est notre frère

Raymond et Albertine nous ont laissé en héritage, notamment, l’amour du prochain, sans exception, la fraternité, la générosité envers les autres, la prière quotidienne en famille, la participation aux messes dominicales qui étaient pour eux les principes fondamentaux de la vie familiale. Chacun de nous a reçu les sacrements d’initiation, à savoir le Baptême, la Première communion et la Confirmation. Nous avons tous étudié dans des écoles confessionnelles : le primaire chez les Srs Ste-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus à Tokoin Séminaire, le secondaire au Collège St-Joseph de Lomé. C’est dans ce climat et cet esprit de foi associé à la solidarité, à la charité et à l’ouverture aux autres que nous avons grandi.

JPEG - 135.6 ko
Photo sma Strasbourg

Notre famille a été au service des autres, surtout des plus démunis (enfants de la rue, orphelins, veuves et veufs…), de cette catégorie sociale qui avait besoin d’aide et d’être accueillie dans une famille. Plusieurs fois, nous avons vécu avec des enfants issus de familles plus pauvres pour leur scolarité ou leur apprentissage, bref pour leur bien-être et leur dignité. Certains d’entre eux ont été présentés à Papa et Maman par le Père Van Hoof et la Sr Jeannine, de la SMA. Nous nous souvenons du cas de ce frère et ami « Djosso », dont la famille se trouve à Pagala, au nord du Togo, un sourd-muet et handicapé physique qui a passé une douzaine d’années avec nous en famille pour son opération chirurgicale à l’hôpital des Fr. St-Jean-d’Affagnan. Après qu’il ait retrouvé l’usage de ses membres inférieurs, nos parents l’ont mis à l’école des sourds-muets pour sa scolarité et, après l’obtention de son Certificat d’Études Primaires, il a fait l’apprentissage de la couture qu’il exerce jusqu’à maintenant. Il est devenu indépendant, il s’occupe de sa petite famille et aide aussi les autres enfants sourds-muets dans son village au nord du Togo.

JPEG - 137.7 ko
Photo sma Strasbourg

Ce dont nous avons aussi hérité de nos chers parents, et que Chantal continue d’appliquer, c’est la formation systématique des « domestiques », les frères et sœurs qui venaient nous aider à la maison. Ceux qui le voulaient étaient envoyés à des centres de formation et d’apprentissage par nos parents (menuiserie, couture, cuisine, coiffure…), et ils nous quittaient avec leur diplôme de fin d’apprentissage ; cela leur permettaient d’avoir leur autonomie dans la dignité humaine et d’aider aussi les autres. Jusqu’à ce jour, nous avons gardé de très belles relations avec tous ces gens qui continuent à nous visiter avec leurs familles dans une grande fierté et avec beaucoup de reconnaissance.

Dans la communauté de l’Église

Les conseils et soutiens aux mille sacrifices de nos parents ont fait de nous des chrétiens enracinés en Jésus Christ, dans les bras de la Vierge Marie ; ce qui a permis à toute la famille de pouvoir supporter, dans la prière, la foi et la persévérance, les épreuves de décès et de maladies, et surtout de la santé fragile de Chantal. Nous saisissons cette occasion pour réitérer notre profonde gratitude à la famille SMA pour le soutien moral, spirituel et financier lors de l’intervention chirurgicale dont Chantal a bénéficié à Desenzano, en Italie. Cette œuvre de charité lui a redonné la santé physique et morale, mais a aussi aidé la famille qui sortait des brusques décès successifs de nos chers frères et de Papa. Ceci a permis à Chantal de reprendre ses activités professionnelles et spirituelles pour son épanouissement. Elle en est sortie encore plus ferme dans sa foi, plus proche du Seigneur, notre Sauveur, et s’abandonne toujours à sa Divine Protection et Miséricorde. La Vierge Marie reste au cœur de notre vie, particulièrement avec la consécration de toute la famille à Notre Dame du Perpétuel Secours, le 8 septembre 1981, une consécration faite par maman Albertine.

JPEG - 155.2 ko
Le Père Didier Lawson en paroisse
Photo Lawson

La vocation de Didier a été accueillie avec une grande joie par tous les membres de la famille, en particulier maman. Pour elle, c’était une grâce inouïe. Tout a commencé en 1985 avec la visite du Pape Jean Paul II au Togo. Nous avons soutenu Didier, chacun à sa manière, jusqu’à son ordination sacerdotale. En effet, les parents étaient très ouverts à cette vocation et ont été d’un très grand soutien. Ils étaient très fiers de donner un de leur fils à Dieu.

Beaucoup de grâces reçues, en l’occurrence, deux mariages religieux pour Aristide en 1994 et Chantal en 1996, et surtout la grâce du sacrement de l’ordre de Didier, le 4 juillet 1998 dans la SMA. Une ordination tant attendue par la famille ! Une année plus tard, le 14 Octobre 1999, Papa est parti rejoindre le Père Éternel, après avoir vécu et vu de ses yeux l’ordination de Didier pour sa noble mission au sein de la SMA. Maman aussi a déjà regagné la maison du Père, le 10 Février 2008.

Nous rendons encore une fois grâce à Dieu pour notre famille et toutes les bénédictions reçues et que nous continuons de recevoir.

Publié le 5 septembre 2016 par Didier Éloi et Chantal Lawson