Témoigner sur l’identité de Jésus.

21ème Dimanche Ordinaire

Première lecture
Lecture du livre d’Isaïe
Je te confierai les clefs de la maison de David. (Is 22, 19-23)

Parole du Seigneur adressée à Shebna le gouverneur : « Je vais te chasser de ton poste, t’expulser de ta place.
Et, ce jour-là, j’appellerai mon serviteur, Éliakim, fils de Hilkias.
Je le revêtirai de ta tunique, je le ceindrai de ton écharpe, je lui remettrai tes pouvoirs : il sera un père pour les habitants de Jérusalem et pour la maison de Juda.
Je mettrai sur son épaule la clef de la maison de David : s’il ouvre, personne ne fermera ; s’il ferme, personne n’ouvrira.
Je le rendrai stable comme un piquet qu’on enfonce dans un sol ferme ; il sera comme un trône de gloire pour la maison de son père. »

Psaume
(Ps 137, 1-2a, 2bc-3, 6a. 8)

R/ Toi, le Dieu fidèle, poursuis ton œuvre d’amour.

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble.
Le Seigneur fait tout pour moi.
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’œuvre de tes mains.

Deuxième lecture
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains
Profondeur insondable du mystère du salut. (Rm 11, 33-36)

Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la science de Dieu !
Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables !
Qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ?
Qui lui a donné en premier, et mériterait de recevoir en retour ?
Car tout est de lui, et par lui, et pour lui.
À lui la gloire pour l’éternité ! Amen.

Évangile
« Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux. » (Mt 16, 13-20)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Sur la foi de Pierre le Seigneur a bâti son Église, et les puissances du mal n’auront sur elle aucun pouvoir. Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes ? »
Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »*

Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »

Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu’il était le Messie.

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
Témoigner sur l’identité de Jésus.

Supposons que nous soient posées les mêmes questions que celles qui furent posées aux apôtres. « Qu’est-ce que les hommes disent de Jésus ? » Nous pourrons dire : « Pour un grand nombre d’hommes, en Chine et ailleurs, c’est un illustre inconnu. Pour les Musulmans, c’est un grand prophète, mais moins grand que Mahomet. Pour beaucoup de gens des pays d’Europe et d’Amérique, c’est un grand humanitaire qui a échoué en politique. Pour les incroyants, c’est un illuminé, un doux rêveur… » Alors, la question suivante nous est posée, à nous aussi, par le Seigneur : « Et vous, qui dites-vous que je suis ? »

Ne croyons pas trop facilement que notre réponse est celle de Saint Pierre. Étudions d’abord le sens de cette belle réponse. « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Le Christ, cela veut dire le Messie, l’homme qui a été sacré par Dieu pour rassembler son peuple. C’est, en même temps, celui qui partage complètement la vie du Père, au point d’être dit Fils de Dieu, par nature, Celui qui est au sommet de tout et donne la vie à toutes choses, Celui qui mérite que l’on sacrifie toutes choses pour Lui !

Pierre a été heureux de connaître cette identité profonde de Jésus. Pour lui-même, pour sa joie de connaître Dieu fait homme. Pour les autres aussi, que son témoignage conduirait au même bonheur. Cette révélation venait du Père pour le bonheur de tous.

Notre vie de tous les jours est-elle un témoignage semblable ? Montre-t-elle que, pour nous, Jésus le Christ est Celui pour lequel nous sommes prêts à tout sacrifier ? Notre monde occidental est envahi par le matérialisme. On recherche partout la richesse, le confort, la sécurité. Dans ce cadre, quel est notre témoignage ? Dans notre pays, les lois sociales deviennent de plus en plus restrictives pour les pauvres et de moins en moins accueillantes pour les immigrants. Certes, il faut encadrer l’immigration par des lois. Mais ces lois doivent respecter les droits de l’homme. Sommes-nous prêts à nous engager pour défendre ces droits ? A montrer ainsi que Notre Seigneur Jésus-Christ est digne de tous les sacrifices, celui de notre argent comme celui de notre tranquillité ? Heureux serons-nous si nous témoignons ainsi de Jésus, Fils du Dieu vivant !

C’est pour cela que nous sommes réunis autour de la table du Seigneur. Amen.

[1] Cf. Mt 16, 18.

Publié le 20 août 2014 par René Soussia