Un brin d’humour ?

Quelle spiritualité pour l’homme moderne ? Ou quelle spiritualité pour sa continuelle quête de la performance ?

La kénose de Paul ne s’applique plus, ni l’abaissement de Jean. Pour l’homo modernus, il faut l’exaltation immédiate - ce qu’il appelle la promotion. Quelle figure christique l’accompagnera dans son parcours promotionnel ? Le Verbe ne se fait plus chair, mais SMS… réseau social oblige !
Alors, quelle place va-t-on donner à la nouvelle évangélisation ? Tout service est « rémunérable [1] » et l’envoyé ne partira plus en mission sans sa substantielle bourse professionnelle, tout-terrain forcément, y compris les escort girls !

Etrange, quand même, de voir le nombre de ces golden boys qui adhèrent aux mouvements fondamentalistes ou évangéliques… La nostalgie n’est plus ce qu’elle était. Ils veulent bien se bagarrer à mort dans le quotidien de leur profession, mais se laisser porter le weekend par un gurou rassurant qui chasse les démons et par une susurrante communauté qui plane dans la douceur des chants du chœur mixte, en aube, bien évidemment ! On connaît les démêlés de l’acteur Tom Cruise, qui s’est embarqué dans la scientologie. Quel étrange être, cet homo modernus, à la fois géant dans sa vie professionnelle et nain infantilisé le weekend. On se relaxe comme on peut dans ce monde de gladiateurs qui se bagarrent à mort.

Alors, en ce qui concerne la nouvelle évangélisation, quel langage faut-il encore parler ? Celui de Face-book, de Tweeter, du SMS ou de l’Ipad / Ipod ? C’est le nouveau latin pour une nouvelle Église !

Je préfère le geste simple de François qui embrasse un handicapé ou soulève un enfant comme Jésus de Nazareth. C’est, encore et toujours, le bon parcours.

[1] Un néologisme !

Publié le 17 mars 2014 par Jean-Pierre Frey