Un peu plus d’amour dans le Monde

30ème Dimanche Ordinaire

Première lecture
Lecture du livre de l’Exode
Dieu exige qu’on aime les pauvres. (Ex 22, 20-26)

Quand Moïse transmettait au peuple les lois du Seigneur, il disait : « Tu ne maltraiteras point l’immigré qui réside chez toi, tu ne l’opprimeras point, car vous étiez vous-mêmes des immigrés en Égypte. Vous n’accablerez pas la veuve et l’orphelin. Si tu les accables et qu’ils crient vers moi, j’écouterai leur cri. Ma colère s’enflammera et je vous ferai périr par l’épée : vos femmes deviendront veuves, et vos fils, orphelins.

Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intérêts. Si tu prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil. C’est tout ce qu’il a pour se couvrir ; c’est le manteau dont il s’enveloppe, la seule couverture qu’il ait pour dormir. S’il crie vers moi, je l’écouterai, car moi, je suis compatissant ! »

Psaume
(Ps 17, 2-3, 4.20, 47.51ab)

R/ Je t’aime, Seigneur, Dieu qui me rends fort !

Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu ! Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.
Et lui m’a dégagé, mis au large,
il m’a libéré, car il m’aime.

Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !
Qu’il triomphe, le Dieu de ma victoire,
Il donne à son roi de grandes victoires,
il se montre fidèle à son messie pour toujours.

Deuxième lecture
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens
L’annonce de l’Évangile et la conversion. (1Th 1, 5-10)

Frères,
vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien. Et vous, vous avez commencé à nous imiter, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves avec la joie de l’Esprit Saint. Ainsi vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et de toute la Grèce. Et ce n’est pas seulement en Macédoine et dans toute la Grèce qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout que nous n’avons plus rien à en dire. En effet, quand les gens parlent de nous, ils racontent l’accueil que vous nous avez fait ; ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable, et afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.

Évangile
Amour de Dieu et amour du prochain. (Mt 22, 34-40)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Dieu est amour. Celui qui aime est né de Dieu : il connait Dieu. Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’il y a dans l’Écriture — dans la Loi et les Prophètes — dépend de ces deux commandements. »

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
Un peu plus d’amour dans le Monde.

Les informations quotidiennes nous apportent beaucoup de mauvaises nouvelles : des guerres interminable, des revolutions, des changements climatiques… Mais l’évangile de ce jour nous enseigne que nous pouvons, chacun et chacune, mettre un peu plus d’amour autour de nous. Et ceci est une bonne nouvelle.

En cette année 2014, on célèbre le 50ème anniversaire d’une œuvre importante. Celle de l’Arche, fondée en 1964 par Jean Vanier. Celui-ci est un Canadien, devenu officier de la marine. Cherchant sa situation, il a séjourné, par hasard, dans un asile pour handicapés mentaux. A l’époque, on les appelait « aliènés » et on pensait qu’ils devaient être enfermés, séparés des gens soi-disant normaux. Dans cet asile, Jean Vanier a fait une grande découverte. Ces aliénés souffraient profondément d’avoir été rejetés par leurs familles et mis à part par la société. Il a commencé alors à vivre, tous les jours, avec deux d’entre eux. Il a découvert la grande qualité de ces infirmes : celle de mettre la relation humaine au-dessus de tout. Lorsqu’ils sont accueillis, tels qu’ils sont, ils sont transformés par la joie et deviennent porteurs de joies.

Depuis lors, Jean Vanier, resté célibataire, a transmis cette découverte à beaucoup. Il a été appelé au Canada, aux États-Unis, en Inde, en Afrique. Ce mouvement de l’Arche fait vivre ensemble, en petits groupes, des handicapés mentaux et d’autres personnes volontaires, sur pied d’égalité. On compte à présent 140 groupes de l’Arche, avec environ dix mille membres.
En 1971, les groupes chrétiens de l’Arche se sont réunis à Lourdes, à l’initiative de Jean Vanier et de Marie-Hélène Puiseux ; ils ont formé l’Office Chrétien des Handicapés, avec le nom de « Foi et Lumière ». Mais le même idéal de partage et de solidarité réunit des personnes de toutes religions ou idéologies. Toutes ces équipes manifestent que ce sont les plus démunis, les plus pauvres qui, souvent, montrent le mieux la valeur de la relation d’amitié entre deux perrsonnes. Et c’est ainsi que ces personnes déconsidérées apportent au monde ce qui lui manque le plus, l’amour fraternel et désintéressé.

A chacun de nous de voir ce qu’il peut faire pour mettre un peu plus de cet amour fraternel et désintéressé autour de lui. En commençant par son milieu de vie, sa famille, son quartier ou son village, sans oublier nos frères et sœurs des peuples du Sud. Ces peuples sont ceux qui profitent le moins des richesses naturelles, et pourtant ce sont ceux qui souffrent le plus ou sont le plus menacés par le réchauffement climatique.

C’est tout cela que nous apportons dans notre célébration, avec foi et espérance. Amen.

[1] Cf. 1 Jn, 8.7.

Publié le 20 octobre 2014 par René Soussia