Une route nouvelle à prendre

Quatrième Dimanche Ordinaire

Première lecture
Lecture du livre du prophète Sophonie
« Je laisserai chez toi un peuple pauvre et petit. » (So 2, 3 ; 3, 12-13)

Cherchez le Seigneur, vous tous, les humbles du pays, qui accomplissez sa loi. Cherchez la justice, cherchez l’humilité : peut-être serez-vous à l’abri au jour de la colère du Seigneur.
Je laisserai chez toi un peuple pauvre et petit ; il prendra pour abri le nom du Seigneur. Ce reste d’Israël ne commettra plus d’injustice ; ils ne diront plus de mensonge ; dans leur bouche, plus de langage trompeur. Mais ils pourront paître et se reposer, nul ne viendra les effrayer.

Psaume
(Ps 145 (146), 7, 8, 9ab. 10b)

R/ Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux !

Le Seigneur fait justice aux opprimés ;
aux affamés, il donne le pain,
le Seigneur délie les enchaînés.

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes.

Le Seigneur protège l’étranger,
il soutient la veuve et l’orphelin,
le Seigneur est ton Dieu pour toujours.

Deuxième lecture
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
« Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi. » (1 Co 1, 26-31)

Frères,
vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est ; ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu. C’est grâce à Dieu, en effet, que vous êtes dans le Christ Jésus, lui qui est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification, rédemption. Ainsi, comme il est écrit : Celui qui veut être fier, qu’il mette sa fierté dans le Seigneur.

Évangile
« Heureux les pauvres de cœur. » (Mt 5, 1-12a)

Acclamation :
Alléluia. Alléluia. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! Alléluia [1].

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :
« Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.
Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! »

Textes liturgiques © AELF
AELF

Homélie
Une route nouvelle à prendre

Paul nous dit dans sa première lettre aux Corinthiens : vous avez été appelés par Dieu non pas pour sauver votre âme selon le vieux catéchisme, mais il vous a choisis comme ses collaborateurs pour vous engager auprès des plus faibles et des plus démunis. Et Paul est réaliste en disant à ses « chrétiens » : le monde va vous prendre pour des « fous » car, désormais, vous n’êtes plus censés courir après le pouvoir ou l’argent mais vivre dans la « pauvreté en esprit », comme dit l’évangile, c’est-à-dire vivre sans inutiles excès ni folles préoccupations. « Celui qui veut être fier, qu’il mette sa fierté dans le Seigneur », nous dit encore Paul pour conclure son texte. Dur, dur, me direz-vous ! Certes, et vous aurez raison car Paul veut prêcher ce qu’il pratique lui-même : la simplicité et la modestie sans aucune ambition ni prétention. C’est pour cela qu’il ajoute un petit mot de rien du tout : il faut être sage aux yeux de Dieu et des hommes. Non pas « sage » comme un enfant, mais comme le disciple qui a tout laissé ! Dieu vous a choisis parce qu’il a confiance en vous : « c’est grâce à Dieu, en effet que vous vivez désormais dans le Christ Jésus, lui qui est devenu sagesse de Dieu, et justice et réconciliation ».

C’est tout un programme ! Pas du tout de la mouture de l’homme libéral enfant de la modernité et du libre-échange. Mais, comme dit, c’est un choix à faire si l’on veut être disciple de Paul. Il est lui-même disciple de ce Christ qui nous confié une mission : celle de vivre autrement et selon les béatitudes de l’évangile. C’est tout un parcours, une route nouvelle à prendre, avec les évangiles comme seul GPS. Bonne route !

[1] Cf. Mt 5, 12.

Publié le 25 janvier 2017 par Jean-Pierre Frey