Éditorial
Article mis en ligne le 25 janvier 2016
dernière modification le 26 juillet 2020

par Marc Heilig

Voici le second volet de notre enquête sur la situation socio-politique des pays africains : Nigeria, Bénin, Togo. Il débute avec la secte nigériane Boko Haram, qui vise à étendre l’islamisme par des actions terroristes. L’Europe, on le voit aujourd’hui, a longtemps eu tort de se croire à l’abri de ce genre de méfaits et ne s’est guère préparée à accueillir les gens qui fuient les régions où sévissent Daech et Al-Qaïda. Est-ce par naïveté, par lâcheté ou par hypocrisie ? Peu importe, la question n’est plus là. L’urgence de la situation exige que l’on agisse rapidement et le mieux possible.

Les toits rouges d'Abéokuta (Nigeria)
Les toits rouges d’Abéokuta (Nigeria)
Photo Jean-Pierre Frey

Souvenons-nous du message que le Pape François a délivré en novembre 2015 devant les instances européennes réunies à Strasbourg. Il voulait donner à l’Europe une impulsion nouvelle afin qu’elle retrouve sa « bonne âme ». Eh bien ! C’est le moment !

Les toits rouges d'Abéokuta (Nigeria)
Les toits rouges d’Abéokuta (Nigeria)
Photo Jean-Pierre Frey