Mission : on donne et l’on reçoit !

La Semaine missionnaire vient me rappeler que, lorsque quelqu’un d’une famille reçoit l’appel à la mission, ce n’est pas seulement celui-ci qui le reçoit mais aussi toute la famille. De cela je suis de plus en plus convaincu et je le ressens de plus en plus depuis que je suis retiré à Saint-Pierre. Je n’ai encore jamais emprunté la route d’Eichhoffen à Saint-Pierre sans y revoir une maman traînant d’une main une valise et tenant de l’autre son rejeton de 11 ans : ma mère me conduisant de la gare d’Eichhoffen au petit séminaire de Saint-Pierre en 1948. Après son aîné Richard, j’étais le benjamin qu’elle offrait au Seigneur. Je pense qu’elle devait alors passer par les mêmes sentiments qu’Abraham conduisant son fils au lieu du sacrifice ! De longs jours après son retour, les larmes coulaient de ses yeux, me disaient frères et sœurs. Oui, tous et toutes étaient concernés par cet appel et ressentaient l’éloignement et le manque pour la famille de l’un des leurs.

JPEG - 241 ko
Fenêtre de l’église de Lataha (Côte d’Ivoire)
Photo Jean-Pierre Frey

Jeune prêtre, en partance pour le Togo, très souvent on me faisait cette remarque : « Mais pourquoi partir si loin alors qu’on a tellement besoin de prêtres ici ? » Cette remarque ne pouvait être qu’un mauvais calcul, car si l’on compte les dizaines de prêtres africains qui sont depuis venus prendre la relève, je crois que le diocèse est gagnant. En partant en mission, l’on n’a pas fait que donner mais on a aussi reçu, et c’est cela, l’échange entre Églises. Il faut que chacun sorte de sa mentalité et de ses convictions pour avoir le courage d’être sensible et d’accueillir d’autres aspects du message de Jésus auxquels nous sommes moins habitués mais qui n’en sont pas moins justes et riches. Oui, il faut ouvrir toutes grandes nos fenêtres pour que cet appel d’air nous vivifie.

Publié le 4 octobre 2017 par Claude Rémond